... Ris Orangis dans l’Histoire
Article mis en ligne le 17 octobre 2012
dernière modification le 18 novembre 2008
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Bien que Ris-Orangis ne possède aucun vestige de la préhistoire ou de l’Antiquité, plusieurs découvertes archéologiques nous permettent d’affirmer que deux villages existaient dans des temps reculés sur le site actuel de Ris-Orangis :

* le premier, dans la vallée de la Seine, le long d’une voie de circulation dont nous ignorons l’importance, appelé successivement « Regia, Regis », ou quelques fois « Reyza, Reziae » ;

* le second, sur le plateau de Ris-Orangis, connu au XIIe siècle sous le nom de « Orengiacum ».

Sur ces deux sites ont été retrouvés des silex taillés, certains du paléolithique, d’autres du néolithique. En 1919, dans un espace compris entre le cimetière, la ligne de chemin de fer et la route nationale, des ouvriers des « Sablières de la Seine » découvrent des haches de pierre polie, des défenses et des dents de gros animaux, ainsi que des lames de couteaux, des aiguilles et des haches de bronzes prouvant la succession d’habitants. La même année, au lieu-dit « les soixante arpents » plusieurs sépultures du VIe siècle sont mises au jour. Plus récemment, en 1976 et en 1986, deux découvertes sont faites le long de la RN7, dans la ville même. Un sarcophage gallo-romain et deux maisons de la même époque ont fait l’objet de fouilles dont les résultats viennent s’ajouter au patrimoine historique de la ville.

Les époques gauloises, gallo-romaines et médiévales ont laissé aussi la trace d’une occupation quasi-continue perpétuée par la présence des templiers puis par la construction de plusieurs châteaux entre les XVIe et XVIIe siècles. C’est surtout à partir de la fin du XVIIIe siècle qu’on connaît le mieux l’histoire de notre ville grâce à des archives municipales bien conservées. Nous savons aujourd’hui la part importante qu’ont pris les Rissois dans la révolution de 1789 et qui a valu à Ris-Orangis d’être baptisée « Municipalité de Brutus » pendant quelques mois. Le village de 500 âmes qui n’hésitait pas à envoyer ses représentants à l’Assemblée Nationale pour y exposer ses doléances est devenu aujourd’hui une ville de 26.300 habitants.


Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © Clg J. LURÇAT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.19