Histoire
Article mis en ligne le 3 juin 2008
dernière modification le 5 juillet 2015
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Héritier de plusieurs grands empires médiévaux, l’Empire du Ghana, l’Empire du Mali et l’Empire songhaï, le Mali possède un riche passé, consacré par l’UNESCO (quatre sites sont inscrits au patrimoine mondial de l’humanité : Tombouctou, les villes anciennes de Djenné, les falaises de Bandiagara en pays dogon, le tombeau des Askia). Contée par les griots, l’histoire de ce pays d’Afrique noire est peuplée de grands personnages comme Soundiata Keïta, enfant paralytique devenu empereur du Mali au XIIIe siècle après sa victoire contre Soumaoro Kanté, roi des sorciers ; ou encore Sonni Ali Ber, le plus grand héros des légendes de l’empire songhaï au XVe siècle.

Conquis par la France en 1880, le Mali devient une colonie (sous le nom de Haut-Sénégal-Niger) intégrée à l’Afrique Occidentale Française (A.O.F.) avec une portion de la Mauritanie, du Burkina Faso et du Niger. Kayes devient son chef-lieu pour laisser la place, en 1907, à Bamako. En 1920, elle est appelée Soudan français.

Le 20 juin 1960, l’indépendance du Soudan et du Sénégal est proclamée dans le cadre d’une fédération dite du Mali. Suite à l’éclatement de la Fédération, le Parti de l’U.S.R.D.A. (Union Soudanaise du Rassemblement Démocratique Africain) proclame l’indépendance du Mali le 22 septembre et opte pour une voie de développement socialiste. Dirigé par Modibo Keïta, le Mali devient une république et entre sous la sphère d’influence soviétique.

En 1968, un coup d’État militaire porte au pouvoir Moussa Traoré. Il instaure un régime autoritaire qui se révèle incapable de résoudre les problèmes économiques du pays, touché par des famines dans les années 1970 et 1980. Entre 1985 et 1986, le pays entre en guerre contre le Burkina Faso à la suite d’un contentieux territorial concernant la bande d’Agacher. Le régime finit par tomber en 1991. La transition démocratique s’amorce avec Alpha Oumar Konaré, vainqueur des premières élections libres depuis l’indépendance. Réélu en 1997, il respecte en 2002 la constitution malienne qui limite le nombre de mandat présidentiel à deux. Amadou Toumani Touré lui succède, puis entame un second mandat en 2007.


Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © Clg J. LURÇAT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.19